• Louloup et moi, on a cette fâcheuse manie d'inviter les copains à la maison, le soir, en semaine. Pourquoi pas le week-end quand on a tout notre temps pour ranger, faire les courses et la cuisine avant ? Bah oui, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Le goût du défi peut-être ? (Celui des week-ends à buller tous les 2 sur le canapé devant un bon film, certainement !)

     

    Bref, le résultat souvent, c'est que l'aspect cuisine est un peu négligé, on bricole un truc vite fait, on sort de la charcuterie, ou des pizzas... De toute façon, l'important n'est pas ce qui est dans l'assiette, c'est d'être ensemble (et ça, c'est toujours réussi, faut dire on a des sacrés copains ;-)

     

    Mais des fois, le truc bricolé vite fait, il plaît aux copains, et là je me sens toute gênée de recevoir des compliments vraiment pas mérités...

     

    Rendons donc à César ce qui lui appartient les amis : mes lasagnes, si elles étaient bonnes, c'était pas grâce à moi, mais au supermarché, et à ses fantastiques produits tout prêts qu'il nous vend !

     

    La preuve :

     

    Des lasagnes pour les amis : poulet, aubergines et chèvre

     

    Voici les "contraintes" :

    - retour du boulot prévu à 19h15, et la sonnette qui devrait commencer à s'affoler vers 20h00. On est 7 à manger ce soir.

    - une amie bouddhiste, donc pas de vache sacrée dans les lasagnes !

     

    La veille, petites courses, dans mon caddie :

    - un paquet de pâtes à lasagnes ;

    - 4 escalopes de poulet ;

    - un paquet de gésiers de volaille ;

    - 2 sachets de béchamel toute prête ;

    - 2 boites d'aubergines confites en conserve ;

    - 1 bûche de chèvre ;

    - gruyère râpe.

     

    Arrivée à la maison le jour j, je dégaine mon mixeur, je mets dedans les escalopes de poulet (vite-fait découpées en gros morceaux) et les gésiers (sans le gras qui est autour...). 30 sec de BBBZZZZZZ...

     

    Pendant que le mixeur travaille, le faitout est en train de chauffer, avec un peu d'huile d'olive et de paprika. Dès que c'est chaud, je verse la viande mixée, et je fais cuire 5-10 min en remuant.

     

    En cours de cuisson, j'ajoute mes 2 boites d'aubergines, et je mélange bien...

     

    Il est temps d'allumer le four à 180° pour qu'il soit bien chaud tout à l'heure.

     

    Sur le plan de travail, j'installe 2 plats à gratin (mais vous en avez sans doute un très grand ?), je badigeonne le fond d'un peu de béchamel, et je dispose ma première couche de pâtes.

     

    Et dès que la viande est cuite, c'est parti :

    - une couche de poulet-gésiers-aubergines,

    - un peu de sel, un tour de moulin à poivre,

    - une couche de béchamel,

    - une couche de pâtes.

    -...

     

    Je chapeaute la dernière couche de pâtes de tout le reste de béchamel, de rondelles de chèvre et de fromage râpe.

     

    Et zou, au four, une bonne demi-heure. Les copains arrivent entre-temps mais Louloup leur sert l'apéro !

     

    Rien à voir avec les sublimes lasagnes à la siciliennes que nous avaient cuisiné Thomas et Laure quelques jours avant, si ce n'est que c'est de là que m'est venue l'envie de faire des lasagnes...

     

    Et la soirée, elle, a été délicieuse !


    11 commentaires
  • Joyeux aaanniiiveeersaire ! Joyeux aaanniiiveeersaire ! Joyeux aaanniiiveeersaiiire Vanessa ! Joyeux aaanniiiveeerrrsssaaaiiirrreee !

     

    Vanessa : FFFFfffffffFFFFFFffffffff (toutes les bougies sont soufflées)

     

    Nous : clap clap clap ouaaaiiiissss clap clap clap ouaaaiiiissss clap clap clap clap clap clap...

     

     

    Recette adaptée du nouveau magasine Zeste, pas mal du tout.

     

     

    Ingrédients :

     

    - une vingtaine de prunes jaunes du jardin de ma Maman

    - 180g de sucre + 3 cs

    - 180g de beurre (j'ai fait les fonds de tiroirs, et ai donc mis à peu près 80g de beurre doux et 100g de demi-sel)

    - 140g de farine ordinaire

    - 40g de farine de châtaignes

    - 1 sachet de levure chimique

    - 40g d'amandes effilées (mais en poudre ça aurait sans doute été mieux...)

    - 3 oeufs

    - 3 cs de lait

    - 1 pincée de sel

     

     

    Préparation :

     

    Faites préchauffer le four à 150° (ou si comme moi vous êtes longs à la manoeuvre, vous pouvez reporter cette étape à plus tard, pas besoin de gaspiller de l'énergie...)

     

    Placez une feuille de papier sulfurisé ou une feuille de cuisson en silicone au fond d'un plat à gâteaux.

    Saupoudrez de 3 cs de sucre en poudre.

     

    Lavez, coupez en 2 et retirez les noyaux des prunes, placez-les dans le fond du plat, face coupée en bas.

     

    Séparez les blancs d'oeufs des jaunes que vous réserverez pour tout à l'heure.

    Montez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel.

     

    Si vous avez différé l'étape du préchauffage du four, c'est sans doute le moment de le mettre en route : 150 ° donc !

     

    Dans un saladier, travaillez en pommade le beurre avec le sucre. (Je sais pas comment vous vous y prenez, mais moi je ne trouve pas de meilleure solution que d'y aller franchement avec les mains. On s'en met partout mais c'est pas faire un gâteau si on ne passe par là, non ?)

    Ajoutez les jaunes d'oeuf, puis la farine, la levure, les amandes, le lait.

    Incorporez délicatement les blancs en neige (on dit toujours "délicatement" dans les recettes, mais il faut quand même pas trop faire la chochotte si on veut que le résultat soit homogène...).

     

    Versez cette préparation dans le plat sur les prunes. La pâte n'est pas très liquide, donc il faut la répartir à peu près sur toute la surface, mais elle va fondre et gonfler à la cuisson, donc les éventuels "trous" seront vite comblés, no panic !

     

    Enfournez 50 min.

     

    Attendez que ça ait au moins tiédi pour renverser le gâteau sur un plat de service et décoller délicatement la feuille de papier cuisson.

    J'ai préparé ce gâteau hier pour le manger ce midi, et il était très bon aussi à température ambiante.

     

    Enjoy !

     

     

    PS :

     

    Mon dernier article remonte au 9 janvier... Je me fais rare sur le blog... Du travail, d'autres projets, d'autres envies... Mais le plaisir est toujours intact à la rédaction des articles, et à la lecture de vos commentaires.

    Je suis d'ailleurs toujours surprise de constater que vous continuez à venir par ici aussi nombreux ! Donc un grand merci à celles / ceux qui continuent de me lire, et mes excuses aux habitué(e)s qui attendent peut-être trop la publication de nouveaux articles.


    2 commentaires
  • On doit tous avoir nos p'tites astuces pour cuisiner vite-fait les restes et fonds de paquets, et faire en sorte qu'ils ressemblent à quelque chose.

     

    Vous savez bien de quoi je parle, ces omelettes-à-tout, crêpes-à-tout, soupes-à-tout... dont on ne connaît jamais exactement la composition avant d'ouvrir frigo et placards, et qui souvent, curieusement, remportent un succès totalement pas mérité.

     

    Une de mes variantes, c'est la Pif-Pizza. Je mets souvent dans mon caddie une pâte à pizza ou une pâte feuilletée, en prévision de quand viendra le temps du "il faut refaire les courses mais j'ai pas le temps " (ce qui arrive bien souvent...).

     

    La dernière en date a suscité une exclamation du Loup : "poulet-reblochon, c'est une révélation !". 

     

    Donc je me suis dit que ça valait bien un petit article pour vous révéler la recette miracle.

     

    Pif Pizza au poulet, reblochon et haricots verts

     

    Pizza-au-pif-poulet-reblochon-haricots-verts-001.jpg (j'avais déjà commencé mon assiette quand je me suis rendue compte que ça méritait peut-être une photo... toutes mes excuses !)

     

    Ingrédients :

    - une pâte à pizza toute prête

    - 2-3 cuiller de concentré de tomate, reste de vos dernières lasagnes (ratées en l'occurrence, que vous avez servies à vos collègues de boulot, et que maintenant c'est trop la honte...)

    - une escalope de poulet ou de dinde

    - 1/3 de reblochon, reste d'une soirée tartiflette entre amis (réussie celle-là, la tartiflette comme la soirée !)

    - une poignée de haricots verts, frais mais déjà cuits (restes de votre seul plat équilibré de la semaine...)

    - un fond de gruyère râpé 

    - sauce soja

    - paprika, origan

    - une cuillérée à soupe d'huile d'olive

    - sel, poivre

     

    Préchauffer le four à 180°. 

     

    Couper le poulet en petites bouchées, mettre dans une assiette creuse ou un bol et arroser de sauce soja. Bien mélanger et laisser mariner le temps de préparer la pizza. 

     

    Dans un petit bol, délayer le concentré de tomate avec de l'eau. Ajouter paprika, origan, huile d'olive. Saler et poivrer. 

     

    Étaler la pâte à pizza, y verser la sauce tomate et la répartir sur toute la surface, jusqu'à 1 cm des bords.

     

     

    Répartir le gruyère râpé, les haricots verts, les bouchées de poulet mariné et le reblochon.

     

    Enfourner 15-20 min en surveillant la cuisson.

     

    Voilà, vous pouvez vous régaler !

     

    Et vous, quelles sont vos découvertes culinaires inattendues ? Vos astuces pour cuisiner vite et bien ? Vos recyclages alimentaires ? 


    5 commentaires
  • Presque 8 mois que Diane est partie, et pour nous, la vie continue.

     

    Elle aimait particulièrement réunir ses proches, et nous inonder de bizarreries culinaires et de loufoqueries oratoires. Un régal !


    Si son humour et sa créativité sont irremplaçables, sa cuisine peut continuer à remplir nos assiettes.


    Démonstration : dimanche midi, ambiance pic-nic champêtre avec que d'excellents amis autour de la table, j'avais besoin de recettes simples à préparer à l'avance pour profiter au maximum du soleil et de mes invités. Je n'avais qu'à faire mon choix parmi toutes ces Droles2recettes. Voilà le résultat :

     

    Taboulé de légumes de Diane

    Taboulé de légumes de Diane

     

     

    Air cake de Diane

    Power-cake-de-Diane-2.jpg

    Cake au pifopaf de Diane

    Rebaptisé pour l'occasion "Air-cake" par les gourmands du jour, surpris de l'effet aérien provoqué par les feuilles de salade incorporées à la pâte.

    Cake salé au melon et olives noires de Diane

    Ou encore "Power-cake"

    (- du melon dans un cake ? J'avais encore jamais vu ça !

    - Et ouai, aujourd'hui tu peux tout mettre dans un cake, c'est l'ère du "power-cake")

     

     

    Le coeur du financier de Diane

    Financiers sans beurre de Diane


    6 commentaires
  • Je sais pas comment se passent vos déjeuners dominicaux, mais chez moi ça ressemble souvent à un grand n'importe quoi : envie de cuisiner et de se faire plaisir, mais sans avoir rien anticipé, et surtout pas du tout envie de sortir faire des courses... Du coup, on improvise et on essaie d'accorder ce qu'on trouve dans le frigo et les placards...

    Et bizarrement, des fois, ça donne des choses plutôt sympa... (souvent malheureusement, ça ressemble plutôt à ça, ou encore à ça...)


    Ingrédients :
    - un reste de semoule du délicieux tajine que vous avez fait la veille (environ 150g déjà cuite)
    - 1 ou 2 carottes, pas encore transformées en bento rigolo (je vous conseille vraiment d'aller voir ce blog, rigolade assurée !)
    - le reste d'une bûche de chèvre échappée de justesse du dernier pique nique nocturne de chérichou (environ 50g)
    - 1 oeuf - ça, on en a toujours...
    - 1 pincée de cumin
    - sel, poivre
    - une lichette de beurre pour la poële

    Préparation :
    Couper les carottes en petits dés, et les faire cuire 4 min au micro-ondes, dans un récipient adapté et couvert, avec une cs d'eau.
    Couper le fromage de chèvre en petits dés.
    Mélanger ensemble la semoule, l'oeuf battu, les carottes et le chèvre.
    Ajouter le cumin, saler et poivrer.
    Faire fondre le beurre dans la poêle. Former des petites bouchées, et les cuire 1min sur chaque face.

    A table !


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique