• La meilleure solution quand on a envie de se lancer dans la couture de ses premiers vêtements, pour ne pas tout rater, se décourager, et ne plus jamais oser se lancer à nouveau (avouez que ce serait dommage !), autant commencer simple, avec des modèles taille unique.

    Et moi qui étais à la recherche de pantalons confort et mode pour Diane, j'ai tout de suite pensé au sarouel, qui s'adaptera à toutes les fesses !

    Et promis, ce modèle est accessible à tous, même si vous êtes niveau flocon en couture !


    Matériel :
    - 2 pièces de tissus (de préférence coton fluide, non extensible), de 110x90 cm chacune
    - 2 pièces de jersey extensible de 25x37 cm chacune
    - 25 cm de ruban élastique (préférer un ruban assez large, d'environ 1cm)
    - fil, aiguille...

    Voici le patron, à reproduire sur chacun de vos carrés de coton :


    Une fois le patron reproduit, découpez en suivant les traits :


    D'abord les angles en bas à droite et à gauche pour les pieds, puis les côtés, et enfin l'arrondi de l'entrejambe (pourquoi pas de "s" ? on a bien 2 jambes !?).
    Et on reproduit l'opération sur la seconde pièce de tissus...

    C'est du gâteau, non ?

    Alors préparez-vous à vous goinfrer encore, les étapes suivantes sont ultra simple, elles aussi :

    Placez vos 2 pièces de coton face contre face, et faites une couture, à 1 cm du bord, d'abord au niveau de l'arrondi de l'entrejambe puis le long des côtés.

    Est venu le temps de s'attaquer aux chevilles !

    Formez un ourlet assez large au niveau de chacune des chevilles. Assez large parce qu'il faudra ensuite passer l'élastique à l'intérieur.



    Coupez le ruban élastique en 2, et passez-le dans l'ourlet. Attrapez les 2 extrémités de l'élastique de manière à ressérer un peu la cheville, et faites quelques points de couture pour bloquer ensemble l'élastique et le tissus.


    C'est le moment de retourner votre ouvrage pour voir ce que ça donne côté endroit.

    Et voilà pour des chevilles à leur aise !


    Ne reste plus que la ceinture !

    Prenez vos 2 pièces de jersey, placez-les endroit contre endroit, et faites une couture à 1 cm le long des petits côtés.


    (sous le jersey, ma couverture, sous la couverture, mes genoux, sous mes genoux, le canap'... Une mamie quoi !)

    Vous obtenez donc un "rond", une ceinture bien large.

    Là on arrive au seul moment un peu délicat... En tout cas quand on fait les coutures à la main... Mais pas de panique, j'ai testé pour vous, et j'ai LA technique !

    L'idée, c'est de coudre cette ceinture de jersey au reste du pantalon. Sauf que si vous êtes observateur, vous aurez remarqué que notre ceinture de jersey fait environ 70 cm d'envergure, alors que le sarouel, lui, fait près d'1m d'envergure...

    Mais justement, Julie a pensé à tout, et vous a bien dit de choisir un coton non extensible, et un jersey extensible... Vous aurez donc compris le principe : coudre le jersey tendu sur le coton, pour qu'une fois qu'on lâche, le jersey reprenne ses dimensions habituelles, en emportant dans sa course le coton, qui va se froncer légèrement...

    Pour ce faire, prenez votre sarouel à l'endroit, et la ceinture de jersey retournée envers vers l'extérieur.
    "Enfliez" la ceinture sur le sarouel de manière à les placer bord à bord, endroit contre endroit.


    Donc comme vous pouvez le constater, j'ai essayé dans un premier temps de bien positionner mes 2 tissus avec des épingles (de fashion victim, vous remarquerez !), mais trop pas pratique : ça pique les doigts de partout, et de toute façon on n'a pas assez des 2 mains pour à la fois tendre le jersey et coudre...
    Je vous laisse la photo uniquement parce qu'elle permet de bien comprendre le positionnement des tissus, je trouve...

    Ma méthode qui marche bien, ma méthode de sauvage, c'est celle-ci :


    En gros, vous fixez avec une épingle vos 2 tissus superposés dans un truc mou qui craint pas, genre mon canap'. Ça vous crée la 3ème main qui manquait dans mon étape précédente...
    Ensuite, avec la main gauche vous tirez le tissus comme une malade (en évitant quand même de déchirer le tissus ou d'arracher la moitié de mon canap'), et avec la main droite vous faites votre couture (là je prends la photo, donc j'peux pas coudre, mais dès que j'ai reposé l'appareil ça va beaucoup mieux !).

    Et désolée les zouzous, mais j'ai complètement oublié de prendre une photo de l'étape ultime...
    Je vais donc essayer d'être claire dans mes explications.

    Si vous avez tout bien fait comme j'ai dit, maintenant vous vous retrouvez avec un sarouel qui a une ceinture ultra haute (elle doit vous remonter jusque sous les bras ou pas loin !), dont un rebord est pas joli-joli...

    Il va falloir, tout simplement, replier cette ceinture en 2, vers l'intérieur du vêtement, et coudre le rebord pas joli-joli au vêtement, le long de la couture que vous venez de faire (vous savez, en tirant comme une malade...).

    Et voilà ! Vous n'avez plus qu'à choisir : ce sarouel sera-t'il pour vos fesses ou pour celles de votre meilleure cop' ?


    Aller, pour cette fois je te le laisse, parce qu'il te va vraiment trop bien :)

    33 commentaires
  • Si vous demandez s'il sait coudre à quelqu'un qui se considère comme une bille en la matière, il vous répondra sans doute  " bof... je sais recoudre un bouton...".

    C'est d'ailleurs ce que je répondais généralement, en ajoutant que ça peut être suffisant pour faire des choses chouettes...

    Mais lorsque j'ai voulu changer les boutons de ma veste (pour qu'il soient assortis à mes nouvelles chaussures, non Diane, tu ne rêves pas !), ça a été le drame. Je me suis aperçue de ma fourberie : non ! En réalité, je ne savais pas même coudre un bouton ! En tout cas pas dans les règles de l'art...

    Il m'a donc fallu m'instruire et me documenter avant de me lancer.

    Vous aussi vous voulez apprendre à coudre un bouton comme un pro ? La méthode, en images !

     

    Matériel :

    - Votre tout joli bouton qui s'accorde avec vos chaussures, votre sac, votre chapeau...
    - Un p'tit bouton qui se fera tout discret (si votre vêtement est en tissus léger, remplacez-le par un petit carré de tissus, histoire de ne pas trop alourdir la chose...)
    - Une baguette fine, genre cure-dent, pic à brochettes, aiguille à tricoter...
    - Du fil et une aiguille

     

    1- Le petit bouton discret (ou le carré de tissus...) va venir se placer sur le revers du vêtement.
    Passer le fil 3 ou 4 fois histoire de l'immobiliser

     

    2- C'est le moment de placer votre joli bouton, côté endroit du vêtement cette fois-ci.
    Passez donc l'aiguille (et le fil qui suit normalement derrière !) dans un des trou de votre bouton.
    Mais pas de précipitation... arrêtez vous là pour l'instant !

     

    3- Placez votre baguette fine sur votre joli bouton.
    Vous pouvez maintenant commencer à coudre, en passant le fil à la fois dans les trous de votre joli bouton, et dans le petit bouton qui se trouve au verso.
    Hop hop, on fait tout plein de passage histoire que ce soit bien solide.

     

    4- Vous pouvez maintenant retirer la baguette.
    Il y a donc un jeu, votre bouton n'est pas "collé" au tissus, pratique !
    Passez votre aiguille une dernière fois dans votre bouton, pour la faire ressortir juste derrière, entre le bouton et le tissus.

     

    5- Enrouler le fil de manière à former un "pied", ce qui va une fois de plus renforcer votre bouton, et rigidifier un peu la chose.
    Une fois terminé, passez le fil sur le revers du vêtement, faites un p'tit noeud et coupez.


    Et voilà !

    Maintenant, quand on vous demandera si vous savez coudre, vous pourrez répondre fièrement "oui, et je sais même coudre un bouton " !

    20 commentaires
  • Je sais pas comment se passent vos déjeuners dominicaux, mais chez moi ça ressemble souvent à un grand n'importe quoi : envie de cuisiner et de se faire plaisir, mais sans avoir rien anticipé, et surtout pas du tout envie de sortir faire des courses... Du coup, on improvise et on essaie d'accorder ce qu'on trouve dans le frigo et les placards...

    Et bizarrement, des fois, ça donne des choses plutôt sympa... (souvent malheureusement, ça ressemble plutôt à ça, ou encore à ça...)


    Ingrédients :
    - un reste de semoule du délicieux tajine que vous avez fait la veille (environ 150g déjà cuite)
    - 1 ou 2 carottes, pas encore transformées en bento rigolo (je vous conseille vraiment d'aller voir ce blog, rigolade assurée !)
    - le reste d'une bûche de chèvre échappée de justesse du dernier pique nique nocturne de chérichou (environ 50g)
    - 1 oeuf - ça, on en a toujours...
    - 1 pincée de cumin
    - sel, poivre
    - une lichette de beurre pour la poële

    Préparation :
    Couper les carottes en petits dés, et les faire cuire 4 min au micro-ondes, dans un récipient adapté et couvert, avec une cs d'eau.
    Couper le fromage de chèvre en petits dés.
    Mélanger ensemble la semoule, l'oeuf battu, les carottes et le chèvre.
    Ajouter le cumin, saler et poivrer.
    Faire fondre le beurre dans la poêle. Former des petites bouchées, et les cuire 1min sur chaque face.

    A table !


    8 commentaires
  • En préparant mes affaires pour partir en virée à Paris, chez la p'tite poulette, je me suis rendue compte que je ne vous avais jamais montré l'indispensable compagnon de mes trépidantes aventures...


    L'erreur est réparée.

    Je vous présente le plus génial des sacs fourre-tout au monde, que m'a fait Maman dans le tissus d'une authentique robe africaine, que j'avais sauvée in extremis de la poubelle, son propriétaire n'en voulant plus parce qu'elle était déchirée !



    Depuis le temps que je l'utilise pour transporter toutes sortes de choses, allant de la paire de rollers aux affaires de voyage, en passant par les cadeaux de Noël, je peux vous garantir une chose : ce tissus est incraquable, insalissable, indéformable, infroissable !

    Autant dire, le paradis des filles-jusqu'au-bout-des-ongles-rongés !

    Donc si j'ai un conseil à vous donner : jetez-vous sur toutes les robes africaines déchirées que vous croisez !


    Une forme hyper pratique, qui permet de s'adapter à tout type de contenu.

    Je n'ai pas de patron à vous servir, mais vous pouvez constater que la forme est très simple et devrait être facile à reproduire !

     

    Lanière large et courte, pour transporter confortablement, même du très lourd.

    Maman a eu la bonne idée d'ajouter une petite pochette, pratique et toute simple aussi à réaliser.

    Et une fois plié, il ne prend pas plus de place qu'un T-shirt !

    Bon voyage !!!



    9 commentaires
  • Hier soir, sortie ciné, Coco avant Chanel, bon moment, parenthèse tendre et intelligente, et surtout activatrice de créativité, d'envie d'affirmation de personnalité... (Première explication à phrases sans queue ni tête : cohue d'idées dans tête).

    De retour à la maison, surprise ! Jolie cohincidence ! Le tissus commandé sur Internet est là ! ^^ Étincelles dans les yeux ^^

    Pas moyen de dormir ! Les ailes de la création me poussent dans le dos (vais-je m'envoler ? En tout cas je suis partante pour essayer !). Je trace, je coupe, je couds jusque tard dans la nuit. (Deuxième explication à phrases sans queue ni tête : le manque de sommeil tout bêtement...).

    Laisser galoper son imagination. Voir l'abstrait se concrétiser petit à petit. Débrider son intuition. Laisser s'exprimer l'irrationnel, le futile, le beau...

    Wahou ! Grisant ! Sérénisant ! Envoûtant !

    (Troisième explication à phrases sans queue ni tête : une envie d'article qui a la Niak©).

    Impossible de vous révéler tout de suite le fruit de cette nuit gigantesque - Surprise - Suspens ...



    En attendant, et comme promis, voici le patron du Chaperon Orange.

    Il vous faut :
    - un morceau de polaire (orange !) de 60x160 cm.
    - un morceau de tissus (vert ! choisir de préférence un coton fin non extensible) de 60x80 cm.
    - un morceau de scratch de 5 cm de long.
    - fil, aiguilles, ciseaux...

    Sur la polaire, reproduisez les patrons suivants et découpez (vous obtenez 4 pièces puisque la parte avant est à reproduire en 2 exemplaires).
    Sur le tissus, reproduisez le patron de la partie "capuche", découpez.




    Pliez la pièce "capuche" en polaire en 2, endroit contre endroit, selon l'axe central dessiné en pointillés sur mon dessin, et faites la couture le long du plus grand côté, afin de formerr la pointe de la capuche.
    Faites de même avec la pièce en tissus.

    Retournez la capuche en polaire de sorte que l'endroit se trouve à l'extérieur. Placez la doublure en tissus à l'intérieur. Formez un rabat et cousez les 2 pièces ensemble le long du rebord de la capuche (celui mesurant 80 cm sur mon patron).

    Cousez les épaules en plaçant, endroit contre endroit, le dos et les 2 parties avant.

    Cousez de la même maière la capuche au reste du vêtement.

    Pour fermer le Chaperon :
    Dans une chûte de polaire, découper 2 rectangles d'environ 5x20 cm (vous pouvez arrondir les angles, c'est plus joli...)
    Coupez en 2 la bande de scratch. 
    Pour chacune des 2 bandes de scratch,couser une face sur la pièce de polaire, et l'autre sur la partie avant gauche du chaperon.
    Cousez ensuite les 2 pièces de polaire sur la partie avant droite du chaperon, afin de permettre aux scratchs de se fermer.

    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires