• Ma journée d'hier :

    8h00 :
    Debout ! Maman, que j'ai réquisitionnée pour travaux a dormi à la maison afin qu'on s'y mette tôt.
    Eh oui, je veux enfin terminer les soubassements en tissus que j'ai si mal commencé. Vu les désastre de mes premiers essais, il était vraiment nécessaire que je fasse appel à Maman et ses compétences !
    Donc vite, p'tit dej' !


    8h15 :
    Maman encore dans le brouillard : "Bon anniversaire ma Lulie" - gros calinou tout doux...

    9h00 :
    En coup de vent je jette un coup d'oeil sur mes mails, j'en ai un de Nanou, qui dort encore :
    "Un pti site sympa que j'ai trouvé sur le net, et en plus il a ton nom
    www.juliebricole.fr"
    AAAAAhhhhhhhh !!!!! C'est mon blog qui apparaît sur l'écran ! Nanou m'a offet un nom de domaine !!! Vous pouvez maintenant consulter mon blog à l'adresse www.juliebricole.fr, la classe non ?

    9h30 :
    Après avoir un peu trainé, enfin on est parties, Maman et moi. Il faut acheter de la peinture pour les plinthes... On en profite pour acheter quelques autres bricoles (une colle résistante à tout pour un autre brico, des p'tits crochets pour que je puisse accrocher mes tasses à la façon maman,...)

    11h00 :
    De retour à la maison, on a fait un petit détour par la boulangerie pour acheter un gâteau qui promet d'être très bon !
    Préparation du chantier : on pousse tous les meubles au centre de la pièce, on en profite pour passer un coup de balai là où je ne le passe jamais... On réunit le matériel.

    11h45 :
    Nanou devant partir tôt pour la fac, c'est l'heure de passer à table !

    12h30 :
    Appel de Papa qui aurait bien voulu être avec nous : "Très très bon anniversaire ma biche"

    13h00 :
    Après le café, on s'y met cette fois pour de bon. Première étape ; peindre les plinthes, nous voilà donc toutes les 2 au sol avec nos pinceaux :

    Chantier-anniv-002.jpg

    14h30 :
    Pfiouh, ça a mis plus de temps que prévu, même à deux... Il faudra faire une seconde couche plus tard, mais on décide de s'attaquer tout de suite au tissus.

    16h10 :
    Petit coup de déprime : ça n'avance pas, à peine un mètre de mur a été fait, on n'a presque plus d'agrafes et l'agrafeuses nous fait des misères. On est toutes les 2 sur les nerfs, il faut qu'on aille prendre l'air !
    Objectif de la promenade : trouver une nouvelle agrafeuse ! On passe chez Monop' (on sait jamais), rien, mais au passage Maman m'offre des roses de Noel (ou Christroses). Voici à quoi elles ressemblent, c'est beau non ? (en plus plante à arroser peu, et résistante au froid de l'hivers, on peut la mettre dehors !)

    Chantier-anniv-022.jpg
    Suite de la balade : Un tour chez Myrtille, j'y trouve une jolie "laine" qui me servira de galon pour cacher les agrafes, mais toujours pas d'agrafeuse ! La vendeuse nous indique pourtant une quincaillerie tout près où on devrait trouver notre bonheur, et là, bingo ! Une belle agrafeuse murale neuve et garantie 2 ans, si avec ça on n'y arrive pas...

    17h15 :
    Retour à la maison, bien déterminées à en finir !
    C'est reparti !!!

    19h30 :
    Après une pause goûter vers 18h (le gâteau s'est effectivement révélé être très bon !), on termine en un temps record ! Voici le résultat, et un grand merci à Maman !!!

    Chantier-anniv-013.jpg
    Chantier-anniv-014.jpg
    Y'a plus qu'à tout ranger maintenant !
    Pour les explications en détail de la méthode de pose du tissus, rendez-vous ici !

    19h35 :
    Nanou ne me laisse pas le temps de souffler : "On va au ciné, t'as pas oublié ? Vite à table, il est bientôt l'heure de partir !"

    20h15 :
    Alors que j'allais entrer dans le ciné, Nanou me tend des places... pour le concert de The Do !!!! Ce soir !!! à Angers !!! Pas de temps à perdre !!!! (C'est un cadeau de Papa et Maman, merciiiiii !!!!!)

    20h45 :
    Le concert commence, on ne peut être plus près puisqu'on s'acoude à la scène. Première partie pas mal du tout (Cocosuma qu'ils s'appellent !), puis The Do absolument phénoménaux !

    00h15 :
    Dodo ! Quelle journée...

    10 commentaires
  • Leçon précédente : 
    Matériel, définitions, vraies-fausses idées


    Pour commencer votre ouvrage, la première étape consistera à monter les mailles, c'est à dire réaliser le premier rang.

    J'ai profité de mes activités "tricotons du tricotin" pour faire des photos. Le tricotin étant plus épais qu'un brin de laine, j'espère que les images seront ainsi plus explicites...

    ATTENTION : Même si j'ai essayé d'être le plus claire possible, pour les grands débutants, cette leçon peut à première lecture donner une impression de complexité. Ne vous découragez pas ! Ce n'est vraiment pas si compliqué que ça et après quelques essais des réflexes se créeront et vous y arriverez sans effort !
    A mon avis, la seule bonne façon de s'y prendre est de s'installer avec laine et aiguilles devant votre ordinateur, et de vous y mettre ! S'il y a malgré tout des questions, n'hésitez pas à les poser dans un commentaire, j'y répondrais très vite, promis.

    Pour monter les mailles, vous n'avez besoin que d'une aiguille.

    1ère étape :
    Prenez l'aiguille de la main gauche, positionnez-la horizontalement devant vous, et passez votre brin de laine dessus, 

    undefined
    Le brin situé à l'avant de l'aiguille correspond au côté "pelotte" alors que celui à l'arrière de l'aiguille est la fin de la pelotte.
    Pensez à laisser pendre suffisament de longueur de brin à l'arrière de l'aiguille pour vous permettre de monter le nombre de mailles dont vous avez besoin.
    Cette première "boucle" sur l'aiguille formera votre première maille.

    2ème étape :
    Tout en maintenant l'aiguille dans la main gauche, attrapez les 2 brins avec votre main droite, passez le pouce et l'index entre les brins et écartez-les, tout en maintenant les brins serrés avec les autres doigts de la main.

    Le--ons-de-tricot-2.jpg
    3ème étape :
    Relevez la main droite et placez-la face à vous. Baissez l'aiguille de la main gauche de manière à maintenir la laine tendue.

    Le--ons-de-tricot-3.jpg
    (on voit peut-être mieux sur cette photo la façon dont les brins de laine doivent être tenus dans l'étape 2...)

    4ème étape :
    Passer l'aiguille sous le brin de laine situé à gauche de votre pouce (attention à ne pas prendre en même temps le brin situé à droite du pouce !)

    Le--ons-de-tricot-4.jpg
    5ème étape :
    Attrapez maintenant avec votre aiguille, le brin de laine situé à gauche de votre index, en faisant attention à passer l'aiguille de la droite vers la gauche.

    Le--ons-de-tricot-5.jpg
    6ème étape :
    Tirez vers vous ce brin de laine que vous venez de prendre, en le faisant passer sous celui qui a été pris en premier.

    Le--ons-de-tricot-6.jpg
    7ème étape :
    Vous pouvez maintenant dégager votre main gauche et tirer les 2 brins afin de resserrer votre maille. Vous avez obtenu votre 2ème maille !

    Le--ons-de-tricot-7.jpg

    Répétez l'opération autant de fois qu'il est nécessaire afin d'obtenir votre rang complet. Ici j'ai monté 20 mailles :

    Le--ons-de-tricot-8.jpg
    BRAVO ! Vous savez monter les mailles !

    Tricoteurs/euses chevronnés/ées, je suis à l'écoute si vous avez la moindre remarque pour améliorer cette leçon.

    Leçons suivantes :
    La maille à l'endroit
    La maille à l'envers

    Rabattre les mailles


    15 commentaires
  • Petite j'aimais beaucoup dessiner, voici 2 de mes dessins que mes parents ont conservés.

    Le premier fait dans le cadre de cours de peinture à l'aquarelle que je prenais vers 10-11 ans, celui-ci je l'ai réalisé pour l'anniversaire de ma maman :

    Mon-moulin.jpg
    Et puis un autre que je trouve rigolot : sur commande de mon prof d'arts plastiques, le thème était "le manque d'espace" (ou un truc dans le genre...) :

    Mon-contorsionniste.jpg


    3 commentaires
  • Voici quelques oeuvres de ma tantine (désolée pour la mauvaise qualité des photos...) :

    Tata-jaune.jpg

    Tata-beige.jpg
    Ce n'est qu'un apperçu minime. Tata a transformé des maisons entières : elle a un peu la bougeotte et a beaucoup déménagé, à chaque fois elle a laissé derrière elle une maison-oeuvre d'art. Tout y passe, des fenêtres aux cuvettes de WC, en passant par la télécommande !


    6 commentaires
  • Depuis quelques jours déjà, j'avais envie de tester la recette de biscottis olives, pistaches et pignons que j'avais vue sur le blog de christine : Aux becs sucrés salés (que je vous recommande fortement !).

    Hier donc, ayant réuni tous les ingrédients, je me lance. Je mélange farine et levure, j'ajoute la polenta, l'huile d'olive, le jus de citron (récolte maison !!!) et le lait.

    C'est à ce moment précis que le bug arrive : la recette indique 6 cl de lait, mon verre doseur est en ml...
    Et là, déconnexion de mes neurones, je me dis "6 cl, ça fait 600 ml !".
    Et c'est parti, j'ajoute plus de la moitié de la brique de lait à ma pâte. Je me dis bien que ça fait "un peu beaucoup", mais comme à mon habitude, je fonce, on verra après, et puis je sais pas, peut-être que les 40g de polenta vont absorber tout ça ??!

    Mais non, rien à faire, je me retrouve avec une pâte super liquide et pleine de grumeaux (bah oui quand on n'est pas doué on n'est pas doué...) !
    Je retourne à ma recette, les instructions suivantes :
    "Malaxer pour former une boule, aplatir la pâte et répartir les fruits secs. Rouler de façon à former un boudin (...)"
    Euh... comment dire ? Y a pas grand chose à malaxer et encore moins de quoi former une boule... aplatir ça devrait pas être compliqué, suffit de verser ma pâte sur le plan de travail, mais ça risque de dégouliner de partout et je n'aurais pour tout résultat qu'une cuisine-piscine au biscotti !

    C'est là que je réalise, que mes neurones se reconnectent : 6 cl ? 600 ml ? ce serait pas plutôt 60 ml ?! Ah oui je comprends mieux !!!
    Ne me restent plus que 2 solutions : soit multiplier toutes les quantités par 10 et bouffer des biscottis toute la semaine (pis j'aurais jamais assez de farine...), soit laisser cette préparation de côté et tout recommancer !

    J'opte pour la seconde possibilité et je repars à zéro, avec quand même cette arrière-pensée "c'est dommage, quel gâchis...", mais on y réfléchira plus tard.
    Cette fois tout se passe plutôt bien, j'arrive à faire mes boudins (Monsieur n'aimant pas les olives, j'ai séparé la pâte en 2 pour faire un boudin avec et un sans...) et je les mets au four.
    Mais mon four fait toujours des siennes : 30 min après, mes boudins sont encore tout blancs, je décide donc de prolonger la cuisson et je pars m'occuper ailleurs... Grave erreur ! Evidemment je les oublie ! Et quand je reviens en courant dans ma cuisine, je trouve 2 boudins noirs dans mon four ! (non en fait, c'est juste pour le jeu de mots, ils sont en réalité "marron foncés", donc un peu durs mais tout à fait mangeables)

    Après tout ce temps perdu, me voilà à l'heure du diner, avec des biscottis crâmés et rien à tartiner dessus (bah oui, j'avais prévu de préparer autre chose, mais contre-temps oblige...), pas terrible comme repas.
    Et il y a toute cette pâte liquide, on ne va pas la jeter quand même ? Et si on en faisait des crèpes ?
    C'est parti, Nanou me remplace aux fourneaux (c'est lui le spécialiste de la crèpe). La pâte n'a pas l'élasticité de la pâte à crèpes, elle se casse quand on essaie de la retourner
    , qu'à celà ne tienne ! Ce soir ce sera "crèpes brouillées façon biscotti" !
    Eh bien croyez-le ou non, avec une tranche de jambon c'est très bon !

    SURTOUT QUE CET ARTICLE NE VOUS DISSUADE PAS D'ESSAYER LES RECETTES DE CHRISTINE !!! Le ratage n'est dù qu'à ma seule incompétence à reproduire une recette à la base hyper simple !!! Et puis, même moi j'en ai réussi de ses recettes et dans ce cas là elles sont délicieuses !

    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires